Le mouvement populaire et la tête du cortège

Publié le par Christiane

J'avais 17 ans lors de l'avènement 1991. J'étais étudiante à l'Université d'Antananarivo. Nous étions proches de la fin d'année universitaire, et les têtes étaient toutes dans les révisions...
En un seul coup, nous étions dehors! on nous a demandé de sortir pour suivre ces étudiants en medecine, spécialistes de grèves de tous genreS. Je n'avais pas bien compris au début, car avec toutes les grèves qui se succèdent lors de l'assainissement et les bourses, trop de grèves cassent le pied. Un banderole a été soulevé: MIALA RATSIRAKA. De haut de mes 17 ans, je n'ai pas hésité une seule seconde et nous sommes partis, moi et mes copains de l'époque à apporter nos contributions pour le mouvement.
Je suis donc venue, tous les jours, à la place du 13 mai, pour cette lutte. Nous avons vu l'arrivée des premiers fonctionnaires, des privés, des professeurs et tous les entités qui consttuent la population malagasy. J'ai reconnu des têtes habituelles lors des discours de fanentanana: le représentant des étudiant, les MFM 'grand mêneur de toujours), le Ndrema et consorts...
Puis un jour, ils ont décidé de constituer un gouvernement insurréctionnel avec un Zafy Albert en tête: ma génération n'a jamais connu ce Monsieur, et nous, assis en plein hiver par terre ne comprennions pas d'où il venait ce gars en chapeau de paille..
Le 10 août a separé les routes, car les divergeances d'idées s'en suivent. Quand j'ai eu mes dix-huit ans, j'ai compris que dans la vie d'adulte que j'allais mener, il y aura toujours des surprises lors des mouvements populaires, et des fois, malgré ce qu'on a fait pour l'aboutissement de nos luttes, on n'arrive pas toujours où on veut car malgré nos volontés et nos sincerités, des opportunistes briguent la place et on te sert d'echelle pour assouvir leurs soifs de pouvoir.

18 ans ont passé, si j'avais un enfant à cette époque, il ou elle aurait pu avoir dix-huit ans à ce jour. Il ou elle aussi est devenu adulte en ce moment... Certains remplissent le jardin d'Ambohijatovo et je les vois souriants et très motivés pour "MIALA TGV"! Cela me rappelle ma fraîcheur et je suis émue de voir tant de courage de leur part.
En tant que mère de famille à présent, je pourrais me servir de mes expériences passées pour définir ce mouvement danslequel ils mettent toute leur énergie!!!! car avec l'élan, on peut mieux voir!

D'après ces banderoles affichés en haut: il y a trois sortes de requête populaire: MIALA TGV, AVERENO DADANAY et DEMOCRATIE= ELECTION.
Pour le premier: ils sont tous d'accord et il veulent tous que Rajoelina tombe, car c'était un coup d'Etat!
Pour les deuxièmes, ce sont les légalistes car Remettre Ravalomanana en place, qui est parti, sans trop de précision (car rappelons-le, lors de son départ, il n'y avait plus de médias officiels, ni de vrais communiqués qui expliquent le pourquoi de la cause. Le peuple était dans la confusion totale: l'absence du président dans son palais signifie Démission pour tout le monde, très résigné, et donner des explications dans l'insécurité était impossible pour Ravalomanana).
Demander l'éléction anticipée, cela n'est ni légale, ni TGV. ceux-là sont donc un peu opportunistes car cela ramène à imposer un arrêt brusque de la légalité et transformation de la HAT en ....(à eux de répondre).
C'est pourtant la solution proposée par Sarkozy, qui, évidemment est pressé de voir un bon ami, plus représentable que TGV pour renégocier les contrats, que Ravalomanana a signé aves les concurrents.
Le fait de faire accepter les Ambohijatovo'istes les assises de 2 et 3 avril "proposition de l'ennemi TGV" n'était pas normal car si tu es son ennemi, tu n'approuveras jamais sa proposition! or, les manifestants, encore dans l'effervescence de l'animation et l'ambiance a dit OUI à Raharinaivo "se disant le porte-parole de TIM.

Cela me rappelle autant de souvenirs.... eh oui, quand on est dans l'ambiance, on avale n'importe quoi...mais entre-nous chers lecteurs, que fait ce mec??? il est vraiment avec le peuple ou avec TGV???

J'ai donc aperçu deux groupes très différents à la tête d' Ambohijatovo:

- il y a toujours les MFM qui mettent l'ambiance, ces gens là sont toujours là pour rassembler

- Il y a les gens pas trop clairs qui hurlent pour le bien du peuple (genre démago et TGV), mais on ne sait vraiment pas d'où ils viennent, car d'après moi, depuis cette crise, je n'ai jamais entendu les TIMistes se lever pour défendre leurs Président et leurs changements de vestes au cours de l'événement ont montr' leurs vrais visages.

Par terre, il y a le peuple, toujours prêt à se sacrifier mais ignorant de ceux qui sont et qui aiment rester à la tête de peloton.

Mais d'autres acteurs mécontents ne sont pas encore apparus: les ZAfistes (je ne sais pas s'il peut rassembler une cinquantaine de têtes) et les Madagasikara Soa de Rajaonarivelo et ses sbires, déjà dans l'effervescence si le peuple fait appel à un troisième homme. Eux aimeraient bien se dissoudre dans le mouvement de la Diaspora pour se faire entendre et je les invite à bien trier les tsipaifary et les akotry dans leur regroupement.

Il y a aussi ces militaires qui sont absents depuis quelques temps. Les CAPSATiens ne sont plus tenus en laisse et continuent leur petit terrorisme appuyé par les TGVistes.

Apparremment donc, Ravalomanana est au Swaziland. Son apparition donne de l'énergie à ses supporters mais fait trembler aussi la HAT qui n'arrive pas à trouver des têtes bien faîtes au sein de son gouvernement: eh oui, fricoter avec les mpanendaka n'attirent pas les blanc bonnets!

Christiane 25 mats 2009



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article