ENTRE MADA ET LA FRANCE IL Y A LE REGIME TOTALitaire

Gisement de Bemolanga : Sarkozy avait fait pression sur Ravalomanana pour privilégier TOTAL

27 mars 2009

total-madagascar

Selon des informations recueillies par Africa Energy Intelligence (AEI nº589), c’est grâce à Nicolas Sarkozy que le groupe TOTAL a pu finaliser l’acquisition, le 17 septembre 2008, de 60% du bloc onshore de pétrole lourd de Bemolanga.

Entamées en 2006, les négociations entre TOTAL et le gouvernement malgache traînaient, notamment à cause des relations politiques franco-malgaches très difficiles. C’est la chancelière allemande Angela Merkel qui, durant une visite officielle du président malgache Marc Ravalomanana à Berlin en avril, a joué le rôle d’intermédiaire entre les deux chefs d’Etat. Ravalomanana a été reçu à Paris le 12 avril par Sarkozy, sans que cela ait été prévu originellement par l’agenda. Ils ont ainsi pu évoquer, entre autres dossiers, celui de Total à Madagascar.

Ravalomanana n’a jamais soutenu le projet de TOTAL, militant plutôt pour les Chinois de la China National Petroleum Corp, un des plus gros groupes pétroliers au monde. Le gisement de Bemolanga est un des gisements inexploités de pétrole lourd les plus importants au monde avec une capacité de 16 milliards de barils.

Ravalomanana au tropisme anglo-saxon (l’anglais est la troisième langue nationale dans le pays depuis 2007) fait preuve d’une volonté personnelle de ne pas renforcer les acquisitions des compagnies françaises dans l’île. Il a depuis son arrivée au pouvoir mis les grands groupes français qui étaient en situation de quasi monopole auparavant comme Colas, en concurrence avec des entreprises venant des Etats-Unis, du Canada, d’Afrique du Sud et aussi d’Asie. Depuis, la part de la France dans les investissements n’a fait que s’amoindrir.

Aujourd’hui Sarkozy est au Niger pour consacrer un accord signé avec ce pays pour que le groupe français Areva exploite le 2ème gisement d’uranium au monde.