Flash info de mardi:

Publié le par Christiane

Dans The observer:

FIRED MADAGASCAR PRESIDENT HERE

Font size: Decrease font Enlarge font
image Marc Ravalomanana

DEPOSED Madagascan President Marc Ravalomanana is currently in the country for an undisclosed mission.

The president arrived at the airport yesterday afternoon.
This was confirmed by Principal Secretary in the Ministry of Foreign Affairs, Clifford Mamba.
He stated that the overthrown president was here to see Chairman of the organ Troika His Majesty King Mswati III.
"There can only be one issue that would be discussed and that is bringing peace in Madagascar."
Mamba stated that he was not sure how long Ravalomanana would be in the country. This follows a troika meeting held at the Royal Villas last Thursday.
At that summit, new President  Andry Rajoelina was denounced by SADC.
Southern African leaders are expected to finalise a regional economic aid package for Zimbabwe and discuss possible sanctions against Madagascar in South Africa next week, SA Department of Foreign Affairs spokesperson Ronnie Mamoepa said.
The African Union suspended Madagascar last week and the United Nations have criticised Rajoelina's power grab.



Madagascar: Paris “n’a pas privilégié” Rajoelina

Madagascar: Paris "n'a pas privilégié" Rajoelina

PARIS (AFP) - 24/03/2009 08h40

 

 

 La France n'a "pas privilégié" le changement de pouvoir à Madagascar, mais a voulu préserver la paix et la sécurité de ses 20.000 ressortissants vivant dans ce pays, a déclaré mardi le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, sur la chaîne d'information LCI.

 

"On ne peut pas dire que la France a aidé (Andry Rajoelina), ce n'est pas vrai, parce que nous avons été très attentifs aux institutions malgaches", a déclaré M. Joyandet.

 

"Je me suis rendu sur place avec la commission de l'Océan indien, nous avons vu le président Ravalomanana, nous avons aussi vu M. Rajoelina, mais en tout état de cause, la France n'a pas privilégié telle ou telle solution, c'est l'affaire des Malgaches", a-t-il ajouté.

 

"Simplement nous voulons surtout être garants de la paix et protéger les 20.000 ressortissants français à Madagascar", dont la moitié sont bi-nationaux, a souligné M. Joyandet.

 

Depuis le début de la crise, Paris a affiché sa prudence, appelant les parties au dialogue et à ne pas recourir à la violence. La France avait aussi accueilli il y a une semaine et pendant quelques jours, dans une résidence diplomatique de la capitale, Andry Rajoelina, qui craignait pour sa sécurité.

 

Il y a une semaine, celui-ci avait jugé "louable" la position de la France dans cette crise.

 

Après avoir regretté un processus "non démocratique", la France s'est décidée vendredi avec les Etats-Unis à parler d'un "coup d'Etat" comme l'avait fait d'emblée l'Union européenne, et a réclamé "des élections le plus rapidement possible",

 

La France, ancienne puissance coloniale, est le premier bailleur de fonds à Madagascar.

 

 

icôneicôneimprimer

© 2009 AFP


Ambohijatovo ce mardi: photo de Topmada.com

manif-ambohijatovo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article